POMERIUM

POMERIUM

POMERIUM

D’après Tite-Live (I, 44), le mot pomerium désignait une bande de terrain, immédiatement contiguë à l’enceinte fortifiée de Rome, sur laquelle «il n’était mystiquement fondé ni d’habiter ni de labourer». Cette définition fait clairement apparaître le pomerium comme une ligne de démarcation entre deux espaces dont la distinction est bien attestée dans la mentalité romaine: l’espace intérieur à la ville de Rome ou urbain, l’espace extérieur ou rustique. On sait que les circonscriptions territoriales, les tribus, entre lesquelles étaient répartis les citoyens, se divisaient en deux groupes: les quatre tribus urbaines qui occupaient le sol de Rome et les trente et une tribus rustiques qui occupaient le reste, y compris les agglomérations urbaines. La double interdiction d’habiter et de labourer qui définit le pomerium l’excepte de l’un et l’autre de ces espaces.

Il est notable que cette double interdiction soit prononcée au nom du fondement mystique de toutes choses (fas ). Aussi bien l’espace urbain, rigoureusement clos, était-il par excellence le siège des fondements religieux de la cité: c’est dans cet espace qu’opéraient les augures, que se prenaient les auspices, qu’était garantie la qualité de citoyen. En l’isolant, le pomerium séparait le cœur religieux de la cité, condition essentielle de son existence, du domaine ouvert où s’exerçaient les activités rurales, marchandes et surtout militaires. Les citoyens n’avaient le droit de prendre les armes qu’en dehors du pomerium , et Mars lui-même, tout dieu qu’il fût, n’était pas reçu dans le domaine sacré de la ville où son activité propre n’aurait su s’exercer.

On discute et on discutera longtemps pour savoir si cette ligne de démarcation se situait à l’intérieur ou à l’extérieur de l’enceinte fortifiée. La réponse ne changerait rien à sa signification. La seule chose sûre est qu’à chaque extension de l’enceinte fortifiée de Rome a correspondu une extension équivalente du pomerium .

pomœrium [ pɔmerjɔm ] n. m. VAR. pomérium
• 1831, -1878 pomerium; pomærium 1765; mot lat., de post « après » et murus « mur »
Antiq. rom. Espace libre réservé au culte, ménagé autour des villes latines, sur lequel il était interdit de bâtir.

pomœrium ou pomerium nom masculin (latin pomoerium) Limite sacrée du territoire de la ville de Rome.

pomœrium ou pomerium [pɔmeʀjɔm] n. m.
ÉTYM. 1765; mot lat., de post « après », et murus « mur ».
Antiq. rom. Espace libre ménagé autour des villes latines, sur lequel il était interdit de bâtir.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Pomerium — Saltar a navegación, búsqueda El Pomerium (o pomoerium; del latín postmoerium, que se traduce por pasado el muro ) era la frontera sagrada de la ciudad de Roma. En términos legales, Roma sólo existía dentro del pomerium, por lo que todo lo que… …   Wikipedia Español

  • Pomerĭum — (Pomoerium, lat.), im ältesten palatinischen Rom die Urfurche, die bei Gründung der Stadt um den Fuß des palatinischen Berges gezogen wurde. Diese Linie bildete die Grenze der städtischen Auspicien und war die unüberschreitbare Schranke für das… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Pomerium — Pomerĭum, s. Pomörium …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Pomerium —    • Pomerĭum          (πομήριον, не pomoerium), незастроенное, считавшееся священным пространство по обе стороны городской стены, преимущественно с внешней стороны, ограда (Liv. 1, 44); по Моммзену (Hermes, т. 10, стр. 40 слл.), напротив того,… …   Реальный словарь классических древностей

  • pomerium — POMÉRIUM s. n. (ant.) incintă sacră ce delimita spaţiul consacrat al unei cetăţi de întinderea liberă exterioară rezervată agriculturii, păstoritului şi îngropării morţilor. (< lat., fr. pomoerium) Trimis de raduborza, 15.09.2007. Sursa: MDN …   Dicționar Român

  • Pomerium — The pomerium (or pomoerium), from post + moerium>murum (wall), was the sacred boundary of the city of Rome. In legal terms, Rome existed only within the pomerium ; everything beyond it was simply land belonging to Rome. Location and… …   Wikipedia

  • Pomerium — Das Pomerium war in der Antike die Grenze zwischen eigentlichem Stadtgebiet und Umland. Innerhalb galten besondere Regelungen, zum Beispiel das Bestattungsverbot. Die Festlegung dieser Grenze als rituelles Ende einer Stadtgründung geht auf die… …   Deutsch Wikipedia

  • Pomerium — Pomœrium Sous la Rome antique, le pomerium ou pomœrium[1] ─ est l enceinte sacrée d une ville, et plus spécialement la limite de la cité romaine que Romulus, en tant que rex, étymologiquement « tireur de trait » (« roi » en… …   Wikipédia en Français

  • POMERIUM — I. POMERIUM oppid. regni Valentiae, Mancanera. II. POMERIUM quasi post murum, ut auctor est Varro, quia Veteres moerum murum dixêre: vel, ut Festus, quasi promurum, i. e. proximum muro, qpud A. Gellium, l. 13. c. 14. ex Augurum libris definitur,… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • pomerium — noun /pəʊ̆ˈmɪə.ɹɪ.əm,poʊˈmɛ.ɹi.əm/ <ref name= OED /> The tract of land denoting the formal, sacral ambit of a Roman city.<ref name= OED /> But to return to the point from which I digressed, and to illustrate how some people spend… …   Wiktionary

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.